top of page

PÉNÉLOPE MON AMOUR

France I 2022 I 1h28

« Depuis dix-huit ans, je filme Pénélope, jeune adulte autiste. Un jour j’ai ouvert le placard qui contenait des cassettes DV et des bobines Super 8. Ça m’a presque crevé les yeux. Il fallait rassembler toutes ces images. Pénélope mon amour trace le parcours d’une mère et sa fille à travers les années. Il raconte différentes étapes : le choc du diagnostic, la déclaration de guerre, l’abdication des armes, pour finalement accepter et découvrir un mode d’existence autre. » (Claire Doyon)

pelosite.jpg

 Claire Doyon

De formation littéraire, Claire Doyon suit des études théâtrales à New York. A 25 ans, elle s'inscrit à la FEMIS, dans le département réalisation, ce qui lui permet de tourner plusieurs courts-métrages. Son film LE VENT SOUFFLE OU IL VEUT est remarquée et primé dans plusieurs festivals dont la Mostra de Venise. La même année, elle filme la leçon de cinéma de Théo Angelopoulos pour le festival de Cannes. En 2003, son premier long-métrage LES LIONCEAUX est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs. A partir de 2011, Claire Doyon multiplie les projets à mi-chemin entre documentaire et expérimentation sur des formats divers dont PENELOPE (45’, 2012), documentaire qui retrace le voyage initiatique de la réalisatrice avec sa fille atteinte d’autisme dans les contrées de la Sibérie, puis PENELOPE MON AMOUR auquel le Festival de La Rochelle attribue le Grand Prix du documentaire. En 2023, POINT VIRGULE son dernier film est sélectionné au FID de Marseille.
Claire Doyon est également fondatrice de l’institut expérimental MAIA (Maison pour l’apprentissage et l’intégration des enfants avec autisme)
CINÉMATHÈQUE DE NICE
Cinéma Mégarama Nice Vauban / Avenue François Mitterrand / 06300 Nice /04 92 04 06 06
Tram L1 Vauban / Bus L7
Atelier de réalisation

Claire Doyon invitée à la Villa Arson
pour un Atelier de réalisation a proposé pour thème"Le Carnaval"

Je vous propose pour cet atelier de plonger dans le monde fantastique du carnaval. Nous embrasserons l’étude de fêtes, de rites, et de bestiaires mystiques, pour tenter d’atteindre le pouvoir de subversion du carnaval, sa capacité à renverser l’ordre établi, à déconstruire les normes, à donner une place aux marges, aux « freaks », à ceux qu’on ne veut pas voir et que la société cache.

Nous convoquerons aussi le Carnaval dans sa capacité à convoquer l’au -delà, la part invisible du réel, l’endroit précis qui rejoint la question du cinéma. 

A partir d’un corpus de textes, de documents sonores, d’études de films nous défilerons la bobine « Carnaval » pour en tirer quelques lignes, ouvrir des imaginaires insolites et vagabonds, questionner notre rapport au masque et à la subversion. 

Il s'agira de penser, de fabriquer et de réaliser des films à partir de ces réflexions, en imaginant au besoin, feuilles de décors, costumes, accessoires avec les autres départements.

Attention, rien à voir avec le Carnaval de Nice, si ce n’est peut-être pour en étudier la récupération marchande de rites ancestraux.

carnaval.003.jpeg
FLECHE6.png
CLAIREDOYONRADIOARSON2.jpg
bottom of page